Pourquoi tu n’oses pas le sur mesure 1

Depuis que tu es née, on t’a habillée avec des vêtements de cette magnifique et mirobolante invention : “le prêt-à-porter”. C’est magique, non ? Le nom fait rêver, en tout cas… Dans des boutiques, tu achètes un vêtement qui est “prêt à [être] porté”. Mais par qui ? Ha ha ha !

Alors ok, il existe plein de boutiques, style jeune ou vieille, cheap made in Asia ou parisienne de luxe griffé par un grand couturier, noir, gris ou anthracite (ok, là je me moque un peu), le “prêt-à-porter” te propose un choix démesuré ! D’ailleurs tu en as plein tes armoires. Et qu’est-ce que tu mets le matin ? Je veux dire : combien de temps et de tentatives ça te prend de choisir ? Et est-ce que tu es satisfaite ?

Moi je ne porte que du sur mesure – à part mes collants et mes soutien-gorge quand j’en porte.

Je n’achète plus la “vérité” du prêt-à-porter. Parce que je n’y trouve pas toujours mes couleurs d’automne, ni les formes que j’aime, ni les matières, et encore moins la combinaison des trois. Et je suis sortie du truc “il y a forcément quelque chose qui me va dans ce magasin.” Euh… non !

On est combien sur cette planète, déjà ? Et tous différents, on est d’accord ?

Donc, soit il n’y a pas assez de magasins, soit c’est que le prêt-à-porter est un mensonge.

À mon avis, c’est la première raison pour laquelle tu n’oses pas le sur mesure : c’est parce que tu crois au prêt-à-porter.

 

Du coup, je te laisse y penser, et en discuter avec ton corps, et ton armoire. Et ton porte-monnaie, aussi. Et on en reparle dans le prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Retour en haut